21/04/2013

*Marmonner*










































































Et quand tu vois que les Kids de Comme on nous parle ont vingt ans...
Hum.
(Soupir.)

8 commentaires:

Ludo braille a dit…

J'adore les myosotis !!! je me souviens d'eux dans le jardin merveilleux de mes aïeux !!!
Bisous Papillon
Nadia

carya a dit…

C'est toujours aussi délicat ici ! Moi aussi je fais beaucoup dans le forget-me-not en ce moment ;-)

Juliette a dit…

C'est drôle jeudi matin en écoutant France interje me suis fait la même réflexion, ces kids ont seulement 20 ans!

sylviedu13 a dit…

C'était le temps des fleurs,
on ignorait la peur,
les lendemains avaient un goût de miel....
et je n'irais pas plus loin...

Anonyme a dit…

~ Souffle au cœur (Polleniser)~

Accroupi là à compter les grains
Du bonheur qui s’envole au vent
Si froid qu’il hérisse le crin
Sur la peau vide dorénavant
De tes baisers perdus, je crains,
Dans le noir de la nuit des temps.


seb

valerie/mra a dit…

tes jolis dessins donnent des envies de petites fleurs, jardin d'herbe fraîche.....

lililila a dit…

J'ai cueilli des myosotis aujourd'hui que j'ai mis dans un petit vase, comme ça je pense au papillon !

Anonyme a dit…

"j'aimerais que tu ne m'oublies pas"

Discret posé dans un bout de coin, il attend que vous portiez le regard sur lui, patiemment résolu, obstiné même.
C’est un jouet cassé, le genre de bidule qu’on ne se résout pas à jeter, un machin qui claque et qui boite, il faut le voir se débattre, il veut vivre encore un peu, regardez-le grincer de ses roulements à billes, couiner de ses articulations rouillées entre un vilain petit canard sans bec et un ours borgne …
Un truc qui fait encore un peu de bruit et qui se traine péniblement, qui ne se décide pas à abdiquer, le genre de chose qui vous survivra peut-être, au détour d’une brocante de quartier. Un jouet dont on a retiré le cœur, mû par on ne sait quelle force mystique, par le souvenir ténu à défaut d’un moteur.