23/06/2013

*Livrer*


Je prends de moins en moins le métro
Je le prends parfois
J'observe les gens
Ils sont nombreux
J'observe cette fille debout
Elle retient entre ses pieds un sac posé par terre
Elle porte un pantalon un peu court mais plus long qu'un pantacourt
Un pantalon crème dont le pli est marqué par le fer à repasser
Son imperméable mi-trench mi-rien, crème aussi, est boutonné jusqu'au plus haut
Ceinturé
Je ne me souviens pas mais elle a sûrement un foulard serré autour du cou
Ses cheveux mi-longs sont châtains clairs, raides, lisses et plats
Elle a des lunettes discrètes
Elle lit un livre de poche qu'elle a recouvert de papier plastique transparent
Elle lit Madame Bâ, d'Erik Orsenna
J'aperçois un marque-page qui dépasse
Je me dis que je ne voudrais pas lui ressembler
J'ai peur de lui ressembler
Elle descend avant moi
Je me concentre sur une autre personne
Le monsieur à côté a des chaussettes blanches dans des chaussures en cuir

Je me souviens d'une promenade boulevard Saint-Germain
Avec un ami
Nous avancions sur le large trottoir
Et tout à coup il me dit
Attends
Et il entre dans une librairie
Je l'attends
Il ressort avec un livre qu'il me tend

J'ai adoré ce livre
J'ai adoré cette envie de m'offrir un livre
Et je me suis toujours demandé pourquoi je lui avais inspiré ce cadeau-là à ce moment-là

Longtemps après
(Nous nous étions éloignés dans nos vies)
J'ai retrouvé cet ami au Zimmer, place du Châtelet
Nous avons ensuite marché rue de Rivoli
Je lui ai dit
Tu te souviens de ce jour
J'ai tellement aimé que tu m'offres ce livre
Alors il entre dans la première librairie
Je l'attends
Il ressort avec quatre livres qu'il me tend

Je n'ai plus rien à lire
Je voudrais trouver un livre demain matin dans ma boîte aux lettres

Je regrette de ne pas pouvoir chanter aussi fort sur un Vélib que dans ma voiture

Je relis les mots reçus ces derniers jours
J'aime les relire
J'imagine une petite table
Nos manuscrits
Et l'échange de nos sibyllines similitudes



6 commentaires:

Anonyme a dit…

Mais qu'est ce que c'est bien de vous lire vous alors.
Lectrice de l'ombre vous êtes mon quatre heures, ma petite madeleine des blogs.
ca vous ne le saviez pas, c'est fait.

Sandrine a dit…

J'aime tes descriptions qui nous emmènent avec toi.
J'espère que quelqu'un va t'offrir un livre, vite...

Mulot a dit…

Tu ne ressemble qu'à toi même, joli papillon, et c'est pour cela que je t’apprécie tant :) même si le temps passe, et parfois je ferme les yeux et je vois ton visage de danseuse, et je suis rassurée !

little a dit…

une jolie balade, toujours des personnages intriguants...
merci pour la petite histoire papillon, posée sur tes ailes...

Contes Graphiques a dit…

C'est avec grand plaisir que je t'offrirai un livre ou un recueil de poèmes…Belle semaine à toi

Pretty a dit…

10h20 Découverte votre blog.,
Des mots qui racontent des histoires, des dessins qui expriment des mots.
Un régal pour les yeux et la tête merci papillon

Une nouvelle abonnée
pretty