06/04/2017

*Défroisser*



































J'ai mis un souvenir dans ma poche
Un semblant d'élégance sur mes ongles
J'ai enjambé la Seine, l'air était plus frais que la veille

Bagarre de canards sur le quai, une fille pour deux garçons
Prise de bec, bris de plumes, cou tordu

Paris est rose comme un pétale
Les trottoirs en bleuissent avec le soir
J'aime cette heure qui décline
Les rideaux se tirent, les bars se remplissent

Le Petit fer à cheval est étroit, les tabourets occupés au comptoir
On s'y accoude, le Chardonnay s'y pose
C'est bon
Le blanc est frais comme un pinson

Je défroisse le souvenir
Les mots sont noirs sur le gris
Ce sera très intime
On échafaude
On épingle
On s'allie
Les projets grandissent en rêve, cela fait des sourires
Sous le lustre j'engloutis le poisson du jour tandis que la lumière se tamise

Après le petit dernier, c'est la nuit
La lune est dans mon sac
Les roues effleurent le caniveau
Et à l'aube
Les oiseaux en pagaille heurtent mon sommeil
Je disparais



7 commentaires:

Anonyme a dit…

Moi aussi , j'aime " Défroisser " Papillon
J'aime les images que cela fait surgir en moi
et vous suivre ainsi dans Paris
et tout et tout !!!
j'aime les mots et j'aime : "Prise de bec, bris de plumes, cou tordu " et d'autres aussi ...
puis je dire que c'est sublime ?
oui, je le décide, c'est sublime !!!
un point c'est tout et je souris
et dieu sait que je n'aime pas tous ces superlatifs
alors, oui, j'aime ce poème
en bref, cela m'enchante !
merci
Elisabeth

Créa'Fa a dit…

Que j'aime lire votre douceur imagée ...

sylviedu13 a dit…

Un bien joli court-métrage....

Miss Zen a dit…

Mettre un souvenir dans sa poche : quelle merveilleuse phrase. Il faudrait se lever chaque jour avec une si jolie phrase pour essayer de faire de sa vie quelque chose de joli

Tess a dit…

Oh qu'il est beau celui là ... de ce poême je parle bien sûr ... car de toi je dirai "celle là" !! hihi ... mais faute de visage à mettre sur ces poemes, je les affiche dans ma maison pour que la poesie voyage encore plus à travers les yeux de ceux qui viennent chez moi et la lise ... merci encore et toujours

Nikole a dit…

J'aimerais bien que tous ces mots soient dans un livre. tous les mots du Papillon qui me touche de ses ailes délicates, à la fois lisses et écorchées parfois, et si poétiques. Je le poserais près de mon lit, comme tous les livres qui sont intimes et universels.

Je rencontre beaucoup de fritillaires (qui frétillent, qui fritillent plutôt, de beauté, comme je dis souvent). Des fleurs étranges et belles. même si je préfère les giroflées sauvages.
Bonne journée !

Miss Marmotte a dit…

hummmmm...je bois vos mots...merci de me nourrir papillon léger.....j'avais bien soif....