17/06/2010

*Condamner*



Les papillons
Et leur petite cervelle
Sont-ils condamnés à rester inertes
Figés
Jolis
Muets ?
On s'extasie
On les observe
On les regarde prendre la poussière
Et puis on change de décor
On les classe dans des tiroirs
On les oublie
On repart à la chasse

Dessin inspiré par cette très jolie composition
Texte inspiré juste par une sensation (déjà lointaine)

11 commentaires:

Ludo braille a dit…

Les papillons sont des créations de Dieu,
Ils doivent virvolter dans les Cieux.
Ils doivent voler, tourbilonner,
Pour nous enchanter de leur beauté.

Nadia

Aline a dit…

Joli papillon, en tout cas tes mots eux volent vers nous,
ils ne sont pas prêts d'êtres épinglés...
ce que je suis contente d'avoir reçu tes jolis mots et dessins en accordéon, via Line...
belle journée

arrosoir a dit…

Oh non ! les papillons ne sont condamnés à rien (si ce n'est à notre sort à tous). Mais ils ont la chance de laisser derrière eux un sillon de couleurs de leur passage, un envol léger qui fait rêver, un dessin de leur butinage, un souffle de leurs battements...
j'avais bien sur reconnu Artycho, j'aime votre rencontre par ton trait.

Stéphanie a dit…

Jolis, jolis papillons !

AlexandraToday a dit…

La collection a toujours un petit côté poussiéreux et l'objectif de pouvoir observer le monde à volonté... Heureusement la vie est rangée juste à côté !

La Grenouille a dit…

Je ne dirai pas mieux que l'Arrosoir.
Le Papillon a de la poussière d'étoiles sur les ailes et des étincelles dans les yeux. Ca le rend désirable, souhaitable. On peut l'envier, le jalouser, vouloir lui piquer ses plumes pour voltiger à son tour. Mais si tu n'es pas papillon dans l'âme, de l'envol ne restera qu'un petit bond. Alors furibond, tu détourneras le regard, mauvais, jetteras l'éponge, encore humide, et tu chercheras un autre papillon à qui piquer la substantifique moëlle pour tenter d'approcher le rêve que tu ne t'octroie pas toi-même.
Attraper-épingler un papillon n'a rien à voir avec le papillon mais avec son profond soi-même n'est-ce pas ?

dejolilou a dit…

tes mots sont très émouvants !
ton inspiration très chouette !
ton talent colore tes ailes joli papillons !!!

Manège a dit…

Au risque de me répéter, c'est toujours aussi merveilleux ici ! Après une petite pause dans mon blog, j'ai décidé d'y ajouter une touche de texte.
J'admire tellement les votres que je suis preneuse de vos critiques et de vos conseils !

Une fois encore, et comme toujours, bravo pour votre talent ! (oui, je suis d'humeur élogieuse ce soir !)

Mulot a dit…

Un joli propos ... condamner des fois, oui je le pense, comme bien des choses que nous collectionnons dans des cadres, histoire de ne pas oublier qu'on les perd ! Toujours de merveilleux petits dessins qui me ravis !
Les vends-tu?

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

C'est vrai, nous sommes envahis,que dis-je, traversés, bombardés de sensations et nous n'y pouvons rien. Mais qu'en faisons nous ? La plupart du temps...rien. Tu vois, ici, encore, tu sors du lot en affirmant qu'une idée peut se traduire par un dessin, un croquis, aussi léger et aussi beau qu'un papillon. C'est sympa quand même et en plus tu nous les offres. Je t'en remercie et te souhaite un bon week-end,

Roger

artycho a dit…

oh! quelle surprise!...Ton illustration me disait quelque chose...il m'a fallu quelques secondes pour réaliser! Je dois dire que j'adore trainer au musée d'histoire naturelle de Liverpool où je tire inlassablement les tiroirs coulissants d'épinglés. Nullement condamner magnifier au contraire!