03/02/2012

*Braver*















Le matin
Il mangeait du pâté sur une grosse tranche de pain
Un peu de salade cuite qui restait de la veille
Puis
Il se levait
Et buvait son café dans un verre
En regardant le jardin par la porte-fenêtre.

Mon grand-père.

Ensuite, il terminait par un fond d'alcool fort dans le verre encore chaud
Du café
Puis partait travailler dans le froid des champs
Engoncé dans son paletot*
Boutonné jusqu'en haut.

Je me suis toujours demandé comment il pouvait avoir chaud avec cette veste sur le dos.

Parfois, il se chauffait debout devant la cheminée,
Et il disait presque systématiquement :
"J'ai l'échine gelée !"

Je me suis longtemps demandé ce qu'étaient "les chines"....

*(Ce que mes grands-parents appelaient "paletot, c'était une veste en grosse toile de coton bleue. Comme un bleu de travail, mais très très délavé par le temps...)


La petite branche, c'est ...

12 commentaires:

Ludo braille a dit…

Magnifique texte, qui me plonge dans la nostalgie de mon enfance !!!
Merci pour ce très bon moment petit Papillon.
Nadia

Tiphaine a dit…

tres tres emouvant ce texte....

armandetlouise a dit…

C'est trés beau S.
Exactement la même émotion que lorsque j'avais lu ton texte qui parlait de ta grand-mère.
Merci pour ces quelques instants de retour en enfance.
Lorsque j'y pense il avait aussi une veste de coton bleue.
Beau week-end
Marilyne

Lise a dit…

c'est tellement joli! Il y a des mots d'adultes aussi dont je n'ai compris le sens que bien plus tard et ça me faisait sourire…
Bon week-end Mademoiselle Papillon

Sandrine a dit…

Je passe te lire grâce à Juliette.
Tes mots me rappellent aussi mon grand-père agriculteur.
Merci

Viccha a dit…

C'est drôle, par chez moi, le paletot est encore de mise sur les dos de certains papis ;-)
Des bises gelées cher papillon.

juliette a dit…

C'est un très beau portrait que tu écris là Papillon. Une touche de tendre nostalgie en te lisant ce matin qui accompagne avec une belle justesse le paysage qui m'entoure et la lumière intérieure différente, chaude en raison de la chape du ciel hivernal.
Bonne journée à toi.

Champagne a dit…

Ces hommes de la terre qui font que nous sommes des enfants debout !!!
J'aime tes mots pour parler de ce Monsieur !

jeanneandmoon a dit…

C'est amusant en lisant ton joli texte j'ai été replongée ds ma propre enfance... Chez mes grands parents.

madame alfred a dit…

les mots justes, et doux, et rêches. le voilà qui surgit , ce grand-père . Je pense au mien qui ne portait pas de paletot, n'avait pas de chines gelées non plus , mais faisait pipi dans son jardin pour que les salades soient plus belles (c'est en tous cas ce que mes oreilles d'enfant ont saisi un jour ... elles ont peut-être rêvées ou trébucher dans les trouées des paroles des grands).

Val a dit…

Quel bel hommage...

mélilotus a dit…

Mon grand-père avait le même paletot ;o))