13/12/2011

*Se solidifier*






















Puisqu'il se dérobait
Le sol
Puisque le trou béant
Le noir profond
Qui aspire
J'ai attrapé l'échelle
Vite
Je suis montée montée montée
Loin
Loin au-dessus du trou
Du précipice
Du noir mouvant
De l'océan
Et puis
Du haut
J'ai regardé Paris éclairé dans la nuit
La pierre de taille
Le béton
Les planches de récupération
Les cartons
Chacun chez soi comme il peut
Détendu ou recroquevillé
Avec qui surveille
Nous veille
Toujours de la même manière
La tour Eiffel
Et aussi
J'ai compté
Les théâtres illuminés
Et là
Arrivée au dernier
Il était temps
C'était tentant
D'aller déambuler
J'ai choisi celui-là
Un peu en retrait en bordure au bord de l'obscur
Et j'ai écouté Cédric
Comme j'avais écouté Véronique
Bien longtemps auparavant
A l'Opéra
Et là aussi
Le petit noeud
Qui tour à tour se serre et se desserre
Quelque part dans le creux
Et se dire
Quelle chance
Ces deux-là
Ou plutôt
Quel courage
Ou encore
Quelle audace
Et surtout
Quelle rencontre avec ce chorégraphe
Celui qui les pose
Les pousse
Les regarde
Les écoute
Alors se répéter toujours
Mais pourquoi
Pourquoi
Comment
Et si
Et non
Tant pis
Juste reconnaître cette grande capacité à se taire
Elle était fraîche la nuit de ce samedi
Et je pensais à ce texte
Toujours le même
Tant pis
Qu'il y reste
Tout au fond
Oui
La nuit était fraîche mais un peu vide
Ne plus trop s'en faire
Replier son échelle
Sentir le sol plus solide
Mais pas encore la petite musique qui sautille
Un peu de fatigue
Alors
S'endormir très vite
S'enfoncer dans le noir profond où plus rien
Jusqu'au petit matin
Et là
Entendre je t'aime dans mon rêve
Tiens
J'ai entendu je t'aime dans mon cou
C'était un rêve
Très doux


Dessin inspiré par ça, découvert chez elle.

9 commentaires:

La p'tite madeleine a dit…

Merci pour ces doux mots.

Mulot a dit…

Comme c'est beau ces mots qui tu égéennes ...

Val a dit…

C'est donc toi la fée des mots...

Granny a dit…

Houaaa... tu as une sacrée plume, j'aime.

Anonyme a dit…

Impossible de vous contacter par outlook et par le commentaire non plus !!! j'ai acheté par CB un calendrier mais j'aimerais que vous me joigniez s'il vous plait. fbegin@hotmail.fr
Merci

auprès de mon arbre a dit…

Ah oui, l'échelle !
Justement,
en ce moment, j'en cherche une très grande.

Lise a dit…

Je découvre votre blog. Merci pour ces parenthèses de poésie très délicates.

*Terre indienne* a dit…

J'ai commencé de visualiser les vidéos où on peut voir et entendre Véronique. Je vais continuer lorsque j'aurai un moment. Merci pour ce très beau lien [tu ne le laisseras celui-là ;-)].
Tu es sûre et certaine de vouloir le laisser au fond, ce fameux texte?... Je pense qu'il est temps qu'il sorte au grand air au contraire.

Je passe plutôt silencieusement ces derniers temps, mais je passe, avec plaisir!

Bises++++

armandetlouise a dit…

De retour d'une absence de quelques jours je suis heureuse de retrouver tes mots magiques...
comme je les aime...
Belle semaine S.
A bientôt